La non-séparabilité encore appelé effet EPR (pour Einstein Podolski Rosen) est un phénomène quantique qui heurte le sens commun. Si ce phénomène est désormais solidement établi sur le plan expérimental, ses conséquences demeurent obscures. La non-séparabilité remet en cause l'idée de localité des objets, qui semble pourtant aller de soi. Expliquons nous:

Imaginons deux particules qui interagissent puis s'éloignent l'une de l'autre : Ces deux particules jumelles sont dites corrélée, comme par exemple deux photons de pôles opposés +1 et -1 émis par un seul et unique atome excité.

Ces deux photons, comme tous les photons, sont dotés d'une propriété particulière, la polarisation, qui est définie comme la direction du champ magnétique qui leur est associé: +1 pour l'un et -1 pour l'autre. Selon l'interprétation quantique, tant que personne n'a effectué de mesure, la polarisation de chaque photon reste indéterminée.

Ce n'est donc qu'au moment où la mesure est faite sur un photon que l'autre acquiert ses caractéristiques: si la polarisation d'un photon est +1, l'autre devient -1 et vice-versa. Les deux particules forment un ensemble inséparable, même si elles sont infiniment éloignées...

- Deux particules corrélées forment un tout quelque soit leur distance de séparation. - La connaissance de l'une influe sur l'autre instantanément, sans transmission d'information résultant d'une action physique.

L'interprétation de la non-séparabilité est très délicate pour le moment et les hypothèses les plus folles ont été émises par les physiciens:

- La première particule mesurée remonte-t-elle le temps pour prévenir sa jumelle de l'état qu'elle doit adopter ?

- Existe-t-il une sorte de télépathie instantanée entre particules ?

- Y a-t-il une "totalité indivisible" de l'Univers?

Retrouvez cet article complet ici: dossier physique quantique