La troisième matière contient en elle-même toutes les énergies. Le poète dirait qu'elle est "la vibration du point infiniment vibrant", jolie manière pour exprimer l'énergie quantique. La troisième matière, n'ayant plus de caractère "objectif", exprime une qualité psychique. C'est l'état T, où le psychique est indépendant du biologique. Lupasco voit dans la matière psychique la source du développement futur de l'homme. qui "aboutit, dit-il, à la conscience de la conscience et à la connaissance de la connaissance. Et on peut considérer que l'évolution est une évolution qui augmente de plus en plus la matière psychique de l'homme."

C'est ce que Lupasco nomme aussi la Troisième Logique, ce qu'il considérait comme sa grande découverte.

C'est l'occasion de noter que le soufisme chiite conçoit aussi l'univers comme un ensemble de "corporéités". Autrement dit, tout ce qui est manifesté dans l'univers appartient à des formes, semblables à des corps de plus en plus fins, mais qui n'échappent pas à la matière. La pensée, elle-même, étant aussi une fine matière.

De même, il y a évolution, mais au sens de dévoilement, en passant d'un état de conscience inférieur à un état de conscience supérieur. Nous retrouvons bien le processus cher à Lupasco de connaissance de la connaissance et de conscience de la conscience. Ce dévoilement produit effectivement un état de conscience nouveau, des possibilités de l'être insoupçonnables. Mais on ne vogue ni dans le transcendant, ni dans le satori. Cette voie soufie possède une rationalité, voire une technicité intrinsèque. Lupasco aurait aimé peut-être en savoir plus sur cette voie, s'il l'avait connue, car on pourrait faire plus d'un rapprochement entre cette "matière psychique" qui devient de plus en plus connaissance et conscience, et la matière psychique de Lupasco.