"Lorsque Faraday produisit un courant électrique dans une bobine de cuivre en déplaçant un aimant près d'elle, puis transforma le travail mécanique de déplacement de l'aimant en énergie électrique, il amena la science et la technique à un tournant. son expérimentation fondamentale donna naissance, d'une part, à la vaste technologie de l'énergie électrique, de l'autre, à la constitution de la base de ses théories spéculatives et de celles de Maxwell, qui, par la suite, aboutirent à une théorie complète de l'électromagnétisme."

"Il dut réaliser intuitivement, même s'il ne le dit pas explicitement, que les entités fondamentales dans la théorie étaient les champs et non les modèles mécaniques. Ce fut Einstein qui reconnut clairement ce fait cinquante ans plus tard lorsqu'il affirma l'inexistence de l'éther et que les champs électromagnétiques étaient des entités physiques par eux-mêmes, qui pouvaient se propager à travers un espace vide, et dont on ne pouvait donner une explication mécanique.

Au début du XXe siècle, les physiciens se trouvèrent donc en possession de deux théories efficientes s'appliquant à des phénomènes différents : la mécanique de Newton et l'électrodynamique de Maxwell. Ainsi le modèle newtonien avait-il cessé d'être la base de toute la physique."

Les notions d'espace et de temps absolus, de particules élémentaires solides, de phénomènes physiques de nature strictement causale, ainsi que l'idéal d'une description objective de la nature, aucun de ces concepts ne pouvait être étendu aux nouveaux domaines où les physiciens menaient désormais leurs investigations.

"Einstein croyait fermement en l'harmonie inhérente à la nature et sa préoccupation la plus profonde, tout au long de sa vie scientifique, fur de trouver un fondement unitaire de la physique. Selon la théorie de la relativité, l'espace n'est pas tridimensionnel et le temps n'est pas une entité séparée."

"La force de gravité, selon la théorie d'Einstein, a comme effet de "courber" l'espace et le temps. Cela signifie que la géométrie euclidienne courante n'est plus valable dans untel espace courbe, de même que la géométrie bidimensionnelle d'un plan ne peut être appliquée à la surface d'une sphère.Sur une sphère, cependant, ce procédé est inutilisable car les règles de la géométrie euclidienne ne valent pas pour les surfaces courbes."

"Ces lois (de la physique atomique), toutefois, ne furent pas aisées à découvrir. Elles furent découvertes dans les années 1920 par un groupe international de physiciens parmi lesquels le Danois Niels Bohr, le Français Louis de Broglie, les Autrichiens Erwin Schrödinger et Wolfgang Pauli, l'Allemand Werner Heisenberg et l'Anglais Paul Dirac."

"Les expérimentations de Rutherford montrent que les atomes, au lieu d'être durs et indestructibles, se composent de vastes étendues d'espace dans lesquelles des particules extrêmement petites se meuvent, puis la théorie quantique fit apparaître clairement que même ces particules n'ont rien à voir avec les objets solides de la physique classique. Les unités subatomiques de la matière sont des unités très abstraites qui ont un double aspect. Selon la manière dont nous les observons, elles apparaissent tantôt comme des particules et tantôt comme des ondes ; or cette double nature apparaît également dans la lumière, qui peut prendre la formes d'ondes électromagnétiques ou de particules."

"Les quanta de lumière, qui donnèrent son nom à la théorie des quanta, ont depuis été reconnus comme des particules et sont maintenant nommés photons. ce sont des particules d'une espèce spéciale, de masse nulle, se propageant toujours à la vitesse de la lumière.

L'apparente contradiction entre l'image de la particule et celle de l'onde fut résolue d'une manière totalement inattendue qui remit en question les fondements véritables de la conception mécaniste du monde -la notion de la réalité de la matière. Au niveau subatomique, la matière n'existe pas avec certitude à des places définies, mais manifeste plutôt une "tendance à exister", et les événements atomiques ne surviennent pas avec certitude, mais manifestent plutôt des "tendances à survenir". Dans la formulation de la théorie quantique, ces tendances sont exprimées comme des probabilités et sont associées aux quantités mathématiques qui prennent la forme d'ondes.

"La théorie quantique révèle ainsi l'unicité de l'univers. Elle montre que nous ne pouvons décomposer le monde en ses plus petites unités existantes."

Retrouvez cet article