Dans son article « Noosphère et hypermonde », Pierre Berger, journaliste du Monde Informatique, cite ces pensées de Teilhard, dans son Avenir de l'Homme, au sujet de notre « survie » :

« Oméga est le grand attracteur du régime de socialisation compressive où nous venons d'entrer ; rien ne permet de prévoir le relâchement, et encore moins la fin. Dans ces conditions, il ne nous servirait évidemment de rien de chercher à nous évader du tourbillon qui sur nous se resserre. Par contre, ce qui importe extrêmement, c'est de savoir comment, dans ce tourbillon, nous orienter et nous comporter spirituellement de telle sorte que l'étreinte totalisante à laquelle nous sommes soumis ait pour conséquence, non point de nous déshumaniser par mécanisation, mais (comme il semble possible) de nous sur-humaniser par intensification de nos puissances de comprendre et d'aimer .

Jusque dans les zones les plus spiritualisées de notre être, sans doute, certaines nécessités intérieures subsistent qui nous forcent inexorablement à poursuivre sans arrêt notre marche en avant. ... Doublant, et peu à peu relayant la poussée venant d'en bas, voici donc que l'apparition d'un attrait descendant d'en haut se découvre comme organiquement indispensable pour la suite de l'opération : indispensable pour soutenir l'élan évolutif ; et indispensable, en même temps, pour créer, autour de l'Humanité en cours de totalisation, la chaleur psychique, l'atmosphère cordiale, hors de laquelle l'emprise économico-technique du monde ne saurait qu'écraser les âmes les unes contre les autres, sans parvenir à les souder entre elles et à les unifier. ...il ne pourrait y avoir ...qu'un Univers ...convergent. Quelque cime, quelque révélation vivificatrice au bout de la trajectoire... »

« ...deux solutions partiellement divergentes se présentent et s'opposent... Suivant les uns (« solution collectiviste »), il suffirait, pour assurer le succès biologique de notre évolution, que l'Humain réussisse un peu à s'arranger globalement en une sorte de circuit fermé, suivant lequel chaque élément pensant... connecté avec tous les autres parvienne à une certaine clarté finale de vision et à une certaine chaleur extrême de sympathie... mais ceci sans apparition... d'aucun centre... Suivant les autres, par contre («solution personnaliste »), c'est justement quelque Centre de rassemblement, c'est précisément quelque clef de voûte qu'il faut prévoir et postuler... Si en effet... une forme réelle d'amour ne surgit pas au coeur de l'évolution ---amour plus fort que tout égoïsme privé et toute passion particulière ---comment voulez-vous que jamais la Noosphère se stabilise ? ...En vérité, pour cohérer, sans la broyer, la multitude humaine, ....un champ d'attraction à la fois puissant et irréversible paraît indispensable... Ainsi raisonnent et sentent (au moins implicitement) depuis deux mille ans tous les chrétiens. Et ainsi, ... se trouvera obligé de penser, sous l'urgence des événements, un nombre toujours croissant de biologistes et de psychologues. Si bien que le plus grand événement aujourd'hui en cours dans l'histoire de la Terre serait peut-être bien, tout justement, la découverte graduelle... non pas seulement de Quelque Chose, mais de Quelqu'un, au sommet engendré par la convergence sur lui-même de l'Univers en évolution. »

Alors, que pourrait-on prédire comme sortie du monde terrestre ?

Cela dépendra de nous, de notre refus ou de notre acceptation de ce « Quelqu'un », selon Teilhard.

Retrouvez cet article